Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques.

Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques.


La tumeur aux ovaires est souvent asymptomatique. Quand les premiers signes apparaissent, le stade du cancer est déjà bien avancé. Il faut donc être très vigilante et connaitre les facteurs qui favorisent son apparition et ceux qui au contraire vous en protègent.


L’ovulation augmente les risques:

La fertilité et le risque de souffrir d’un cancer de l’ovaire sont intimement liés. Le problème ne vient pas de la maternité mais plutôt de l’ovulation. Il a été prouvé que plus une femme a d’ovulations, plus elle a de risques de développer une tumeur à l’ovaire. Les femmes qui n’ovulent pas (leurs ovaires ne libèrent pas d’ovule mûr, ce qui empêche la grossesse) semblent échapper au cancer de l’ovaire. (Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques)

Que se passe-t-il avec les traitements contre l’infertilité ?

Les scientifiques ne sont pas tous d’accord sur ce point mais il semblerait que les femmes dont on stimule l’ovulation (hyperstimulation ovarienne) pour provoquer une grossesse,  ont un risque plus élevé de souffrir d’un cancer de l’ovaire. Surtout si elles ont subi un traitement pendant plus d’un an sans être parvenue à tomber enceinte. Dans ces cas-là, les contrôles et les tests de dépistage doivent être plus réguliers.

Avoir des enfants jeune protège du cancer de l’ovaire:

Comme nous l’avons dit précédemment, plus une femme est fertile plus elle a de risques de voir apparaitre une tumeur au niveau des ovaires. (Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques) Mais paradoxalement, avoir des enfants avant l’âge de 26 ans permettrait de réduire les risques. Plus surprenant encore, cette protection disparaît si la femme tombe enceinte pour la première fois après 35 ans.

Le talc:

Pendant de nombreuses années, on conseillait aux mères de badigeonner la zone génitale de leurs enfants de talc, un produit qui contenait à l’époque des fibres asbestiformes (connues aussi sous le nom d’amiante, un minéral cancérigène). Aujourd’hui encore, des familles font perdurer cette pratique et l’inquiétude est toujours là étant donné que des chercheurs continuent de trouver des traces d’amiante dans ce produit d’hygiène. (Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques) Les experts recommandent de l’utiliser en petites quantités et non de façon quotidienne.

L’obésité nuit à vos ovaires:

Avoir un Indice de masse corporelle (IMC)  élevé – supérieur à 30 – peut nuire à votre système gynécologique. Concernant les ovaires, de nombreuses études ont établi un lien entre obésité et cancer de l’ovaire, sans savoir vraiment quel était ce lien de cause à effet. Si vous êtes obèse et qu’une femme de votre famille a souffert d’un cancer de l’ovaire, suivez un régime alimentaire sain afin de perdre du poids et ainsi vous protéger.

Consommer peu de graisses:

La Ligue américaine contre le cancer recommande à toutes les femmes d’augmenter leur consommation de fruits et légumes frais et de réduire leur consommation de graisses. Ce n’est pas un conseil à prendre à la légère : ce régime alimentaire protégerait des tumeurs, y compris celles qui se nichent dans les ovaires. (Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques) L’excès de viandes rouges, de charcuteries et autres produits riches en graisses va, au contraire, augmenter les risques de souffrir d’un cancer de l’ovaire de 25 %. Les graisses modifient l’activité des hormones oestrogènes.

La ligature des trompes freine le cancer:

Se faire ligaturer les trompes ou se faire retirer l’utérus (hystérectomie) réduit les risques de souffrir d’un cancer de l’ovaire d’un tiers. Même si ce sont des mesures drastiques, certains médecins les conseillent aux patientes dont une femme de leur famille a souffert d’un cancer gynécologique (utérus, ovaire), afin de les protéger.

Le facteur héréditaire:

En plus de tous les facteurs mentionnés précédemment, le facteur héréditaire est aussi à prendre en compte. Le fait d’avoir dans sa famille une femme (mère, sœur ou grand-mère) qui a souffert d’un cancer de l’ovaire peut augmenter les risques. Dans certains cas, une mutation dans les gènes BRCA1 ou BRCA2 (aussi responsables du cancer du sein) rend le cancer héréditaire. (Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques) Parfois ce sont les gènes ARID1A et PIK3CA les responsables. Si vous avez des antécédents de cancer de l’ovaire dans votre famille, demandez à faire un test génétique pour évaluer vos risques.

Ne négliger aucun signe:

Une douleur au dos qui persiste, une gêne au niveau de l’estomac ou au niveau du pelvis, une sensation de gonflement après avoir mangé peu ou des ballonnements réguliers sont des signes qui peuvent vous alerter de l’existence d’une tumeur. Comme vous pouvez le constater, ils ne sont pas très graves et pourraient être le signe d’une autre maladie. C’est pourquoi, il est préférable de faire les tests de dépistage à chaque fois que votre médecin vous le recommande.

Comment le détecter:

L’échographie transvaginale et des analyses de sang qui mesurent le marqueur tumoral connue sous le nom de CA-125 sont les deux seules façons de détecter un cancer de l’ovaire. Sachez que le test de Papanicolaou (la cytologie) n’est pas utile pour ce type de cancer, sauf s’il s’est propagé ailleurs.(Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques)
Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques. Cancer de l’ovaire (maladie des ovaires):Les facteurs qui protègent ou augmentent les risques. Reviewed by abc on 16:42 Rating: 5

Aucun commentaire